Effets sur les autres espèces du règne animal

Il est à présent avéré que de nombreuses espèces animales sont touchées par les infrasons des éoliennes. Ainsi, les chiroptères (chauves-souris) sont en grave danger d'extinction du fait des parcs éoliens. Collisions, barotraumatismes, pertes d'habitats les déciment. La revue Current Biology du 26 août 2008 publie un article faisant état de l'effet destructeur des infrasons sur les chauves-souris : des chercheurs canadiens de l'université de Calgary font état d'une hécatombe de chauves-souris à proximité des éoliennes, fait qui avait déjà été relaté en 2005 par le journal allemand Allgemeine Zeitung. La moitié des petits mammifères ne présentaient pas de blessures externes, ce qui excluait une collision avec les pales. Les chauves-souris sont en fait victimes d'un « barotraumatisme » : un choc provoqué « par la baisse brutale de la pression de l'air au voisinage des lames dont la vitesse dépasse, à leur extrémité, la barre des 200 km/h ». La conséquence est une hémorragie interne fatale.
Les écosystèmes pourraient, à plus ou moins brève échéance, être gravement déstabilisés par la disparition de ces espèces, identifiées comme principalement migratoires, prédatrices d'insectes et de parasites. Le problème de cette chute démographique est aggravé par le faible taux de reproduction de ces chiroptères (moins d'un petit par année).

Les poissons sont également touchés par cette pollution infrasonique.

 
img faire don
 
 
img revue presse